Vous etes ici: >Secteurs d'activité>Santé
Santé

Santé

Les infrastructures dédiées à la santé devront accompagner le développement de la région Casablanca - Settat. La réforme se consacre désormais sur deux axes d’intervention prioritaires à savoir le renforcement de la politique sanitaire et l’amélioration de la gouvernance du secteur. La région devra en bénéficier.

La nouvelle vision est transversale et axée sur la Gouvernance. Selon l’article 31 du texte de la Constitution l’accès aux soins est désormais un acquis. « L’Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales oeuvrent à la mobilisation de tous les moyens à disposition pour faciliter l’égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions leur permettant de jouir des droits aux soins de santé ». Le dispositif est clair.

ETABLISSEMENTS DE SANTE

Pour arriver palier rapiodement au déficit des ressources sanitaires publiques sur l’échelle nationale et dans la Région Casablanca-Settat précisément, la vision stratégique mise en place se décline en contrats programmes. Celle ci se traduit par une nouvelle politique de gestion sanitaire axé sur les résultats. La fixation des objectif représentant le nerf de la guerre pour améliorer le bien être des citoyens. Ce n’est que de cette manière que les déséquilibres en établissements sanitaires seront réparés.

La Gouvernance du système de santé national dicte désormais une démarche transversale autrement dit intersectorielle.

FOCUS PERSONNEL MÉDICAL

Le personnel médical se trouve naturellement concentré dans la province de Casablanca. La couverture régionale en médecins est largement supérieure à la moyenne nationale, stable et fortement concentrée sur Casablanca. L’offre santé est aussi étoffée par le secteur privé. 57% du total des médecins sont installés à Casablanca.

Le personnel paramédical dans le public est aussi à développer. Des opportunités dans ses métiers sont réelles dans le secteur paramédical. Des établissements de formation privés ont ouvert d’ailleurs.

LE PRIVÉ POUR FACILITER L’ACCÈS

Le Maroc compte 373 cliniques privées. Le secteur privé comme partout ailleurs dispense les soins dans de meilleures conditions de prise en charge. Les principales cliniques de renom se situent sur l’axe Casa-Settat et Rabat bien sûr.

La réforme de la santé a concoté par ailleurs plusieurs projets de loi visant le renforcement du secteur privé dans le secteur de la santé. L’objectif étant de proposer aux citoyens une offre égalitaire et de meilleure qualité.

Les recommandations du livre blanc présentées déjà les 1,2 et 3 juillet à Marrakech lors de la seconde conférence nationale pour la santé a traité largement de cet aspect. Au cœur des priorités la couverture universelle de telle sorte à offrir l’accès aux soins médicaux à toute la population.

LES ENJEUX

LMalgré les différentes disparités, le système de santé marocain n’a pas cessé de progresser. Le Maroc compte 2600 établissements publics de soins de base. En 1960, on en dénombrait 394… 144 hôpitaux publics auxquelles viennent se rajouter 373 cliniques privées constituent le socle des infrastructures hospitalières. Cela dit, la nouvelle politique de la santé devra faire face à ce faible taux d’équipement. Les pouvoirs publics en sont conscients.

Preuve en est les dépenses des pouvoirs publics dans ce secteur. Elles ont doublé entre 2001 et 2010. Les dernières statistiques font état de 18,9 milliards de dirhams dépensés en 2001 contre 47,8 milliards de dirhams en 2010. Il reste que le système public de la santé ne représente que 7,6% seulement des dépenses publiques totales. En 2015, elles devaient être à 15% du budget global.

La politique orientée vers la baisse des médicaments a été mise en place pour faciliter l’accès à ce bien de première nécessité. Les actions dans le cadre de la réforme sont en cours.

L’actuel ministre s’est entouré de praticiens pour mieux appréhender la situation et trouver des solutions durables. La complémentarité privé-public représente la base de ce chantier. Car à l’instar de toutes les nations, l’implication du privé ne peut qu’être bénéfique pour améliorer l’offre.

Sur le plan purement économique, ceci devrait générer des nouveaux projets, notamment, de construction d’infrastructures hospitalières. L’équipement médical étant également une niche à étudier par les investisseurs potentiels. Pour la région Casa-Settat, la demande existe mais elle toujours concentrée à Casablanca.

Dans un autre registre, un système d’information intelligent devrait faciliter la Gouvernance. Les chantiers sont ouverts.